Mademoiselle Arthur, cabaret impertinent

EN 2019 Mademoiselle Arthur fête ses 20 ans!!

Depuis plusieurs années, Mademoiselle Arthur et son pianiste promènent leur cabaret décolleté de théâtres chics en salle des fêtes miteuses (et inversement).

Une chanteuse effrontée et un pianiste désabusé, un peu coincé, forment ce duo complice qui interprète avec humour et virtuosité un répertoire varié où les vocalises moqueuses font du public l’acteur principal de l’histoire. Soyez prêts, Mademoiselle Arthur fait feu de tout bois et égratigne les hommes sans leur consentement.
Un cabaret pas ordinaire, entre improvisation et précision d’horloge. D’Offenbach à Boris Vian, de Colette Renard à Gloria Gaynor, sans oublier un subtil hommage à Johnny H. Tout peut arriver. Mademoiselle Arthur est en un peu la version  » brune, un mètre quatre vingt dix » de Jacqueline Maillan!

« Quand Mademoiselle Arthur entre en scène, on pourrait s’attendre à un récital d’opérette de plus. De la chanson pour maison de retraite, un peu coquines mais pas trop! Tout y est, la robe, les plumes, le chapeau, les vocalises et le répertoire. Comme elle le dit elle-même au public : « Nous commençons toujours par ces deux morceaux, un peu pénibles, encore plus pour nous que pour vous, ça fait 20 ans qu’on les joue, mais nous n’avons pas réussi à les mettre ailleurs ni même à nous en séparer, l’habitude ». Et petit à petit on glisse et on dérape vers du toujours plus drôle.  Mademoiselle Arthur est un personnage, un clown chantant, excessive et terriblement espiègle. Rien ne l’arrête. Ses interprétations à épisodes de « Fais-moi mal Jonhny » en version Baroque ou Wagnérienne, sans oublier une version gospel sur l’air du pénitencier sont des bijoux de l’interprétation. Tout cela grâce à la virtuosité et à la présence de son pianiste, Richard (en hommage à Richard C.). Leur duo final nous laisse repartir avec cette saveur propre aux clowns tendres, du rire aux larmes, beaucoup d’émotionsJ. Pierre Dupraz_20170811_013 (1280x1920)« 

 Avec Jocelyne Tournier, la diva rurale
et Jean-Marc Toillon le pianiste urbain (ou Jeanne Bleuse en alternance)

 La presse en parle « Un duo qui ose tout avec une élégance culottée, on y repense longtemps et on en rit encore. »
« Un classique du genre, salué par la critique du monde (quasi) entier. Une chose est sûre, Mademoiselle Arthur connait bien son cabaret ! »

 

 

Qu’elle soit sur un festival d’humour, dans une exposition, en première partie d’humoristes ou en présentation de saison, cette diva fait feu de tout bois et sait se moquer d’elle-même.
Vous avez pu voir Mademoiselle Arthur au CDN de Besançon (diva du genre) au théâtre Charles Dullin à Chambéry, en tournée à domicile (organisé par le cg de savoie), en festival, en première partie d’un prêtre chanteur, à la galerie Tretiakov de Moscou, en tournée russe (Saratov, Samara, Togliati…) en montagne, à la campagne, en ville, au lavoir public – lyon, au Fanal -vaise, sous chapiteau, en plein air, dans la rue…

Fiche technique

CONTACT

 

 

Publicités